Doutrelepont et associés : avocat droit des médias / avocat médias / avocat droits d'auteurs / avocat auteurs / avocat droit des brevets / avocat brevets / avocat droit des marques / avocat droit européen / avocat européen / journalisme, presse, medias, création, oeuvres, brevet, marque, Europe, Union européenne, Commission européenne, Parlement européen, vie privée, nouvelles technologies, droit des nouvelles technologies, droit à la vie privée, partenariat culturel, public privé, culture, fiscalité.


Vous êtes ici: www.doutrelepont.be » News

http://www.rechtsanwalt.com/kanzlei/doutrelepont-et-associes/

News


CJUE : LA COUR DE JUSTICE CONFIRME SA JURISPRUDENCE RELATIVE A L’INTERDICTION DE SURVEILLANCE GENERALE PREVENTIVE A CHARGE DES PRESTATAIRES DE L’INTERNET, EN PARTICULIER DE L’HEBERGEUR

Le 24 Fv. 2012 |

Voir le PDF

CJUE, 16 FEVRIER 2012, SABAM/NETLOG, C-360/10

1. La Cour de justice a rendu un arrêt préjudiciel, le 16 février 2012, dans le litige opposant la Sabam à la plateforme Netlog, un réseau social où chaque utilisateur dispose d’un espace personnel qu’il peut alimenter par des images, des vidéos ou des commentaires.

La Sabam a constaté que les utilisateurs de Netlog mettaient à la disposition du public, sans autorisation, des œuvres protégées par droit d’auteur. La Sabam a dès lors voulu imposer à Netlog un système de filtrage général et préventif permettant d’empêcher techniquement aux utilisateurs de Netlog de diffuser des œuvres protégées par droit d’auteur sans autorisation préalable.


2. Saisie du litige sur question préjudicielle, la Cour de justice a rappelé que la protection des droits d’auteur ne peut avoir une portée absolue.

Selon la Cour, le système de filtrage envisagé aurait obligé Netlog à procéder à une surveillance active de la quasi-totalité des données de l’ensemble de ses utilisateurs. Ceci est analysé par la Cour comme étant une forme de surveillance générale, laquelle est interdite par la directive 2000/31/CE.

Par ailleurs, la Cour a considéré qu’un mécanisme de filtrage général tel que celui qui était envisagé constituait une atteinte caractérisée à la liberté d’entreprise de Netlog, parce qu’elle lui aurait imposé de mettre en place un système informatique complexe, coûteux, permanent, et ce à ses seuls frais.


3. Analysant ensuite l’impact de ce système de filtrage sur la situation des utilisateurs de Netlog, la Cour a rappelé le droit de ces derniers à la protection des données à caractère personnel, tel qu’il est protégé par l’article 8 de la Charte des droits fondamentaux. Un dispositif de filtrage implique en effet l’identification et le traitement d’informations relatives aux profils des utilisateurs, qui constituent des données à caractère personnel.

Enfin, la Cour a rappelé que le filtrage proposé par la Sabam mettait en péril le droit des utilisateurs de Netlog à la liberté de recevoir et de communiquer des informations, puisque ce filtrage général risquait d’empêcher la communication de contenus licites.


4. Cet arrêt de la Cour de justice s’inscrit dans la ligne de sa jurisprudence du 24 novembre 2011 (aff. Scarlet Extended, C-70/10). Ce premier arrêt avait déjà rejeté l’application du mécanisme de filtrage prôné par la Sabam, en ce que celle-ci voulait l’imposer à un fournisseur d’accès internet.

La Cour confirme donc aujourd’hui cette jurisprudence et l’étend aux activités des prestataires de services d’hébergement.

Elle estime en effet que le filtrage n’assure pas un juste équilibre entre les différents droits fondamentaux que sont « le droit de propriété intellectuelle, d’une part, et la liberté d’entreprise, le droit à la protection des données à caractère personnel et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations, d’autre part”.



Tags: Propriété intellectuelle , Hébergeur, Obligation générale de surveillance, Charte des droits fondamentaux, Données personnelles,




GOOGLE NEWS ET GOOGLE SEARCH CONDAMNES A RESPECTER LES DROITS D'AUTEUR

Le 6 Juin 2011 |

Voir le PDF

COMMUNIQUE DE PRESSE DES SOCIETES DE GESTION :

Victoire intégrale de la Société des Auteurs Journalistes (SAJ) et de la Société des Auteurs scientifiques (ASSUCOPIE) contre Google.

Première mondiale : Google moteur de recherche -Google search- est condamné par la Cour d’appel de Bruxelles, ce 5 mai 2011, à respecter les droits d’auteur des journalistes et des auteurs scientifiques représentés par les sociétés d’auteurs belges SAJ et ASSUCOPIE. La reproduction d’articles de presse ou scientifiques dans la mémoire cache des serveurs de Google est soumise au droit d’auteur comme la reproduction, même partielle, de ces articles sur le portail Google news.

C’est une victoire importante pour les sociétés de gestion collective SAJ et ASSUCOPIE, représentées par Me Carine Doutrelepont et Jean-Benoît Hubin du Barreau de Bruxelles, et pour le droit d’auteur belge et international. La Cour d’appel de Bruxelles a décidé que Google ne pouvait exercer son activité de moteur de recherche (SEARCH), en reproduisant dans la mémoire cache des serveurs de Google, des articles de journaux sans obtenir l’accord préalable des journalistes et des auteurs d’œuvres scientifiques, représentés par la SAJ et ASSUCOPIE.

Cette décision est une première mondiale car elle vise le cœur même de l’activité de Google : celle de moteur de recherche qui implique la reproduction intégrale d’œuvre dans la mémoire cache des serveurs du géant du web. La décision s’étend à l’activité de portail de Google news, le portail d’informations de presse en ligne de Google, sur lequel Google reproduisait d’importants passages d’articles de journaux sans l’accord des auteurs et des éditeurs de presse.

Google est condamné à retirer les contenus protégés tant que la question des droits d’auteurs n’aura pas été réglée sous peine d’astreintes de 25.000 euros par jour de retard.



Tags: Google, Droit d’auteur, Google condamné , Propriété intellectuelle , Avocat , Médias,




Voir toutes les news


Webmaster : greenpig sprl